Le string

Rassurez-vous. Rien de ce que vous pourrez lire dans cet article ne sera classé X,  Y ou même Z

poisson0521.gif

En rentrant à la maison je me fais bousculer par mon bout de chou qui me saute au cou en me murmurant au creux de l’oreille « maman je dois te dire un gros sucré »

Va pour le sucré Je t’écoute ma Mimi.

Eh bien tu sais quoi ?

Non mais je sens que ça ne va pas tarder.

Eh bien la remplaçante de la maîtresse elle a un « STRAING » même que c’est Quentin qui l’a dit à Chloé qui l’a dit à Daniel qui l’a dit à moi et à Sandra

Un straing! tu es sûre Mimi c’est pas plutôt un string ?

Non c’est un vrai straing !

Ok va pour le straing et alors ?

Alors Michel y dit qu’un straing c’est qu’une ficelle même que sa mère elle attache ses cheveux avec.

Mais jérémy et Claudia y croivent que ça sert pour pas faire des bébés la nuit quant on dors.

Joel il  a dit que la Maman de Chloé elle a un et que c’est pour ça que Chloé elle a pas de petit frère.

Noémie elle dit qu’un straing c’est une culotte sans fesses. Sa maman elle a en plein On dit Maman que c’est vrai.

Oui ma puce ..Heu enfin presque. Et je peux savoir comment Quentin a su que la remplaçante de la maîtresse avait un straing ?

Il l’a vu dans son sac de piscine quant on avait le cours de natation même qu’il a dit que le straing eh bien il était tout petit.T’en as toi Maman des straings ?

Qu’est ce que tu crois ? 

Je crois bien que non parce que toi tu vas jamais à la piscine. En tout cas moi je mettrai jamais des culottes sans fesses pour aller dans l’eau parce après on sort  tout mouillé et on chope la crève de froid.

On dit Maman que c’est pas bien les straings ? 

On dit ma puce….on dit…     spoeau0281.gif

Publié dans : Katouya Oups ! | le 23 mars, 2007 |10 Commentaires »

Au bout du rouleau…

Mes amis, telle que vous me voyez, je suis une femme au bout du rouleau…

Même que j’ai du remettre du papier avant de pouvoir utiliser les WC 

C’est la malédiction de la momie. Je suis sûre que c’est elle qui pique le papier pour écrire ses mémoires quant elle ne trouve plus de pépé à Moscou. Oups,  je voulais dire de papy russe. Heu,  papyrus. 

Enfin bref,  vous avez parfaitement compris c’est  encore moi qui m’y colle !!! 

Vous avez déjà essayé de changer un rouleau de papier toilette vous ? 

C’est tout un art. Cette opération délicate exige une grande expérience, un minimum de concentration et pas mal de patience depuis qu’on a installé les nouveaux distributeurs. 

 Je vous passe la scène en mode « Vision ». Top chrono ! 

Lorsqu’on s’aperçoit que le dernier rouleau est vide. On ouvre le couvercle pour consulter le mode d’emploi ce qui nous amène généralement à comprendre le fonctionnement de la partie « escamotable » du distributeur de papier WC. On libère  soigneusement la partie escamotable de l’appareil en poussant ladite partie dans la bonne direction. On se débarrasse des 4 rouleaux vides dans la poubelle qui se trouve sous le lavabo à l’autre bout de la pièce. On prend 4 rouleaux neufs dans l’armoire à droite du lavabo en ouvrant la porte avec la clé dissimulée en haut à gauche que l’on remet soigneusement en place après chaque usage. On enfile les 4 rouleaux à l’intérieur de  la partie escamotable. On retourne au distributeur. On repère d’un coup d’œil  les trous situées de chaque côté de l’appareil  et on enfonce simultanément les deux embouts de la partie escamotable dans les trous (pour plus de renseignement prière de consulter le couvercle). Un petit clic-clac nous indique que l’opération s’est bien déroulée. Résultat top chrono 3 minutes maximum. 

 

imprimantepapiertoilette1.jpg

 

 

Je vous repasse la même scène version Katou  top chrono ! 

Avant d’utiliser les WC, je  repère  tactilement que  le dernier  rouleau de papier hygiénique est vide 

Pas de chance,  c’est à moi de changer les rouleaux, vu que la dernière personne qui s’est servie n’a pas jugé bon de le faire… 

Je lève le couvercle du distributeur à papier et je cherche à comprendre comment retirer  la partie escamotable du système. Je bidouille pour trouver comment le machin-truc est censé se détacher du truc- chose du bas.

Je me pince deux fois les doigts. Aïe ouille Ouille ! J’empoigne finalement  la partie escamotable et je retire délicatement les 4 rouleaux vides en tapant comme une malade au dos de ce foutu bazar. 

Je prends tout le fourbi sous le bras et canne par-ci-canne par-là, je tente une expédition jusqu’à l’autre bout de la pièce je fais une halte pour  jeter les rouleaux vides dans la poubelle.

 Je pose le machin escamotable par terre et je cherche la clé que l’on planque à haut à gauche de l’armoire sur le minuscule petit clou. Je repère et je perds la clé.  

A quatre pattes  sur les carreaux  j’explore minutieusement le sol pour retrouver la fugueuse que je repère enfin près de la poubelle. Pendant que je me relève le lavabo me caresse affectueusement la  tête en murmurant « toi et moi on fait plus qu’un  » Aïe Ouille Ouille !  Je tombe (heureusement sans gravité) sur le trou de la serrure. Je bataille un moment pour y insérer la clé. J’ouvre enfin la porte de  l’armoire.  Je  prends 4 rouleaux que je pose en équilibre au bord du lavabo et je pars illico presto  prospecter la région pour tenter de retrouver les trois ou quatre autres rouleaux mal rangés dans l’armoire qui se sont fait la malle dans le décor durant l’opération. Je choppe finalement  les rouleaux voyageurs que je remets dans l’armoire et je ferme en vitesse la porte  pour éviter une nouvelle tentative d’évasion.

Je cherche le petit clou pour remettre la clé en place Je trouve le méchant pointu qui profite de ma maladresse pour faire une brève excursion sous l’ongle de mon petit doigt Aïe ouille Ouille ! 

Je récupère  mes 4 rouleaux qui sont heureusement restés sagement en équilibre sur le bord du lavabo et je jongle un moment avec avant de pouvoir les enfiler un par un  dans  le machin escamotable qui comprenant  mal ou je veux en venir me pince violement à plusieurs reprises Aïe Ouille Ouille! 

 Je pars ensuite à la recherche du distributeur à papier, ce qui  n’est pas si difficile, partant du fait qu’aux dernières nouvelles il était encore  situé à proximité de la cuvette des WC à l’autre bout du local. 

Canne par-ci. canne par-là,  je retrouve effectivement ce bon vieux distributeur au même endroit. Je repère les deux trous d’insertion en tâtant soigneusement avec l’index.  Je centre tant bien que mal les rouleaux et j’essaye d’enfiler simultanément les deux  embouts de la partie escamotable  dans les  trous. A la place du petit clic-clac indiquant la fin des opérations j’entends comme un bruit d’os au bout de  mes petits doigts roses bonbon. Aïe Ouille Ouille  Je jure, je râle rien ne m’arrête,  Aujourd’hui c’est la fête !  C’est la Salsa du Démon,  Salsa du Démon, Salsa du Démon…  La lutte est acharnée mais finalement je maîtrise la situation et je gagne mon combat contre les « Farces du mal »  Résultat  top chrono 27 minutes 42 secondes. 

Fière de mon exploit, je retourne flegmatiquement m’asseoir à ma place de travail persuadé d’avoir fait un  petit pas pour katou mais un grand pas pour l’humanité.

Je souris béatement à l’idée d’avoir pu rendre service aux autres sans qu’ils le sachent.   

Quelques minutes plus tard  ma collègue Marie entre furax dans le bureau.  Non mais tu te rends compte !   

J’arrive des W C, Figure-toi  qu’un crétin a trouver le moyen de mettre les rouleaux à l’envers ! 

Ce n’est pourtant pas compliqué de lire le mode d’emploi ! 

Là  suis sciée…Sniff….J’peux plus….Snif…  j’ai plus d’mots…Sniff… je passe le relais à Johnny… 

Ô Marie, si tu savais
Tout le mal que l’on m’a fait
Ô Marie, j’attendrai
Qu’au ciel tu viennes
Me retrouver

Publié dans : Katouya Oups ! | le 23 mars, 2007 |7 Commentaires »

Quelle assurance !

Aujourd’hui j’ai acheté une super paire de lunettes avec pare-chocs avant chromé, vitres teintées, étui galvanisé et tout le toutime.

La vendeuse m’a remis le double du formulaire d’assurance qui me laisse quelque peu perplexe le point 6 surtout je cite :

6. L’assurance ne couvre pas les dommages survenus à la suite de faits de guerre, violations de la neutralité, rebellions, révoltes, tremblements de terre, éruptions volcaniques ou modifications de la structure du noyau atomique

En l’espace de quelques minutes ma vie rose bonbon est devenue un enfer car j’habite à deux pas du CERN

Quelles informations secrètes détient donc mon assurance ?

Quelqu’un va t’il déclarer la guerre à ma verdoyante patrie ?

Va t’on perdre notre légendaire neutralité ?

Les employés de Débin’Air vont ils fomenter une rébellion ?

La fin du Monde est-elle proche ?

Un volcan va t’il pousser au fond du lac ?

Et pourquoi ?

Ô grand pourquoi, les modifications de la structure du noyau atomique ne sont pas incluses dans l’assurance ?

C’est évident on me cache quelque chose !

Je n’arrive pas à dormir tant cette question me hante.

Que dois-je faire en cas de modifications du noyau atomique ?

1) Ne rien dire à personne et aller bosser incognito sans mes carreaux noirs ?

2) Alerter mes proches et leur conseiller de planquer au plus vite leurs lunettes dans un coffre blindé?

3) Militer pour la cause des verres (oups pardon !) des verts ?

4) Commander une pizza (quoiqu’un plat de lentilles soit plus approprié)?

Cette fois je ne sais plus quoi penser. Une petite idée serait la bienvenue…

Publié dans : Divers | le 21 mars, 2007 |4 Commentaires »

C’est beau la technique.

personboule1.gif

Ça y est j’ai enfin reçu mon téléphone portable. Il est arrivé hier par la poste et j’ai un petit moment pour m’en occuper.

Après un bref déballage je tombe sur un tout petit machin tout plat avec quatre boutons et une paire d’écouteur (?!?) Fichtre c’est de plus en plus évolué leur truc !

Je tâte le fonds du carton. Pas de mode d’emploi juste une pile et un CD

C’est bizarre j’ai toujours cru que ça fonctionnait avec un chargeur accu.

Ce n’est pas grave je m’y colle dans un premier temps je cherche ou insérer la pile.

Super ,en tatant le machin j’ai trouvé l’ouverture et la pile rentre bien au bon endroit maintenant je branche les écouteurs et je reçois la monstre décharge du tube mythique « Hôtel California »

Oups c’est ou le réglage du son ?

Faut pas craquer faut rester zen Youpi j’ai trouvé Cette fois -ci ça y est je maîtrise la situation. Il fallait faire clic en haut deux fois clac en bas une fois à gauche et tout droit après le tunnel

Oups pardon ! je m’égare le stress sans doute.

Bon !  Ou je le mets ou ce fichu CD ? Vu sa taille ca rentrera jamais dans le petit bidule … et si j’essayais avec un chausse-pieds ?

Non c’est trop risqué on sait jamais ce truc pourrait m’exploser sur le nez.

Que faire, que faire ?

Mais c’est bien sur !

Pas de panique ! Un petit coup de fil à Swisscom et le tour est joué.

Oui bonjour Madame j’ai bien reçu mon téléphone portable mais je n’ai pas le mode d’emploi. Pouvez-vous m’aider ?

Je vous écoute ! Comment ça !  Il n’y a que quatre boutons ?  Vous êtes sûre

Absolument et en plus le CD ne rentre même pas dans l’appareil !

Le CD  ! Quel CD ?  J’ai le mode d’emploi du matériel sous les yeux et il n’y a aucun CD avec ce modèle de Nokia. Il s’agit sans doute d’une erreur renvoyez-moi l’appareil nous vous en fournirons un autre. Merci et bonne journée.

Sont vraiment sympa chez Swisscom  toujours prêts à nous aider.

Ah voilà mon fiston qui rentre de l’école je pense qu’il va pouvoir me donner un petit coup de main pour remettre le portable dans la boîte.

 » Coucou mamounette j’ai pris le courrier il y a un paquet de chez Swisscom  »

Déjà !  J’y crois pas sont vraiment rapide chez Swisscom je viens à peine de raccrocher…

« Wouaa super ton MP3″

MP3 ? MP3 ? C’est quoi ça ?

« Ce que tu tiens dans tes mains »

Ce truc là ?  C’est pas le Nokia ?

Non M’amoun c’est le super bonus que tu as gagné avec tes points Coop il y a même un CD pour installer les drivers sur  ton  PC. Le Nokia que tu attendais depuis la semaine passée est surement dans la boite de ce matin.

Y a pas à dire . C’est vachement beau la technique…

Publié dans : Katouya Oups ! | le 20 mars, 2007 |4 Commentaires »

Je suis une vraie maniaque !

Ce matin j’entends un bruit de moteur à l’arret du bus.

Complètement à la bourre je me précipite comme une furie pour ne pas le rater.

Canne par-ci canne par-là j’arrive juste avant qu’il démarre.

En m’approchant du véhicule je constate une drôle d’odeur.

Je ne sais pas trop quoi penser et j’hésite à monter quant soudain je réalise que c’est pas un bus mais une benne de la voirie.

Oups ! La gaffe ! C’est signé Katou, y’a qu’à moi que ça arrive un truc pareil.

Je reste plantée comme un poireau au beau milieu du trottoir lorsqu’ un agent de la voirie (je prèfère ce terme « éboueur » c’est trop péjoratif) s’approche de moi et me demande gentiment   » Vous êtes perdue Madame ? je peux vous aider ? »

Sans me démonter, je cherche discrètement quelque chose dans mon sac. C’est le miracle je tombe sur un paquet de mouchoirs. J’extirpe un mouchoir dudit paquet et je le tends gracieusement à l’agent de la voirie qui reste médusé.

Rouge de confusion, je me lance alors dans une explication un tant soit peu plausible.

« Ouf,  je suis arrivée à temps. J’avais vraiment peur de vous rater. Vous savez de nos jours on ne sait vraiment pas ou vont les choses. Je voulais être vraiment sûre que mon mouchoir ne serait pas oublié tout seul au bord de la route. »

Un ange passe dans une odeur de plus en plus nauséabonde et mon brave agent de voirie retrouve la parole.

Ben vous alors ! Z’êtes sacrément maniaque.

Sur ce mon chevalier des bennes me quitte dans un infernal bruit de détritus broyés.

Entre nous j’ai énormément de respect pour les gens qui travaillent à la voirie. Ils vident nos poubelles dans des conditions abominables ce sont  des gens formidables qui méritent qu’on fasse attention à eux.

 

Publié dans : Katouya Oups ! | le 19 mars, 2007 |6 Commentaires »

Tout est possible !

Mes amis l’heure est grave !

L’autre matin j’ai reçu un courrier m’indiquant que j’avais un retrait de permis. 

Je vous jure que j’ai absolument rien fais. 

Si ça se trouve c’était dans une autre vie ou alors c’était même pas moi ! 

D’abord j’ai même pas de voiture. Na!

Même que mon permis il avait un alibi. 

Il dormait tranquillement depuis 4 ans dans un tiroir au fin fonds de ma commode, j’ai presque entièrement dû la démonter pour le réveiller (faut vraiment que je règle ce problème de tiroir)

Comment avons nous pu en arriver là ? 

Est-il sorti sans ma permission ou pire encore a t’il fait une fugue ?

Dans la famille c’est la consternation…

Je dois pourtant en avoir le coeur net !

Un coup de fil au service des autos et puis c’est le choc dans toute son horreur.

J’y crois pas ! J’ai été dénoncée.

Moi une citoyenne modèle, qui se tape chaque jours quatre heures quarante de trajet (dont 6 kilomètres à pieds ) pour aller bosser au fin fonds du dernier canton romand faute d’avoir pu trouver un emploi proche de la maison !

Et par qui ? je vous le donne en mille !

Par mon cher toubib ! 

Cet espèce de cornichon, je mâche bien mes mots car c’est super bon les cornichons avec la raclette et un peu de viande séchées hummm.

Oups je m’égare revenons à nos moutons. (C’est bon aussi le mouton…)

Donc ce crétin de chez crétin+++.ch a fait un rapport pour signaler à qui de droit que lors de notre dernière visite j’avais vaguement mentionné le fait que j’avais passé mon permis en 1994 et qu’il était prudent que l’on me le retire vu mon léger handicap visuel 

Léger  ? ouais si on veut. Les lunettes noires et la canne blanche ça ne pèse pas lourd comparé au poids de la con–rie humaine(censure)

C’est pô juste ! 

Ce tabeuzeu aurait pu m’en parler avant d’employer les grands moyens.

Bon, faut pas y aller par quatre chemins c’est déjà pas facile de trouver la bonne route!

J’écris une petite bafouille au service des autos (Ya pas Petchy tout passe par courrier) 

3 jours plus tard, je reçois l’ordre de renvoyer  mon permis de conduire dans un délai maximum de 5 jours. 

Fichtre c’est du sérieux je crois bien qu’on me soupçonne vraiment de conduire.

Je vois pas (c’est bien connu) comment j’aurais pu adapter une canne blanche même multidirectionnelletouteoptionscomprise sur le pare-chocs avant de ma voiture invisible pour conduire en cachette.

L’ordre est pourtant formel. Mon petit coeur tout brisé j’envoie mon malheureux permis de conduire à une mort certaine. 

Mais qu’elle surprise ! Cinq jours plus tard mon cher permis refait miraculeusement surface dans la boîte aux lettres avec un petit mot sympa ! 

« Vu le civisme dont vous avez fait preuve, nous vous remettons, ci-joint, votre permis de conduire que vous pourrez garder en souvenir. Vous constaterez, qu’il est coupé en bas à gauche. Ce document n’est donc plus valable. Toutefois, un nouveau permis pourra être établi si votre état s’améliore ». 

Je garde précieusement mon petit permis format carte de crédit. On sait jamais des fois que… 

Mais voila t’il pas que quelques jours plus tard je croise le fameux toubib au coin de la rue et que ce toubenasque de première me demande mielleusement de mes nouvelles. 

Je murmure un vague(j’parlpasoconçalesinstruit),je l’ignore délibérément et je passe ma route. 

Soudain j’entend un grand AHHHHHH et il s’étale de tout son long sur le verglas. 

J’hésite un court instant puis je reviens sur mes pas pour l’aider tant bien que mal à se relever.

chat2img11.gif

 

Il gémit comme un pauvre diable. n’écoutant que mon bon coeur je lance suavement. Ca va Docteur ? Voulez-vous que je vous « conduise » à l’hôpital?

On dit que la vengeance est un plat qui se mange froid.

Je suis tout à fait d’accord pas vous ? 

Publié dans : Katouya Oups ! | le 19 mars, 2007 |8 Commentaires »

La vie est cruelle…

Pas plus tard que hier, je croise Claudine une connaissance complétement désespérée ( le mot disjonctée lui convient à merveille)

Elle me tombe dessus alors que j’atteignais difficilement mon but, à savoir me procurer une boîte d’ananas en tranche pour le gâteau du soir.

Saluuuuuut commmennt tuuuuu vaaaa toiiiiiiii ! (c’est pas une erreur elle parle vraiment comme ça)

Je tente de faire celle qui n’a rien entendu et je fais mîne de passer mon chemin.

Elle me suit à la trace cette fois ci pas question de l’éviter !

Courageusement j’entame la conversation et papati et patatata .

Elle passe en revue le catalogue de ses bobos ….et j’ai pas d’amis…. et blabla…et si tu savais comme  la vie est cruelle. Regarde toi par exemple t’es complètement aveugle ma pauvre katou …et patati et patata.

Soudain le son s’arrête (plus de pile ?) et c’est la délivrance elle repère une autre proie et me laisse en plan.

D’une main décidée j’attrape au vol ma boîte d’ananas et je file nez au vent à la maison.

Je pose fièrement ma boîte sur mon comptoir et je prépare tranquillement ma pâte brisée.

Mon fils se propose de m’aider (il est trop mignon) et je lui demande d’ouvrir la boîte d’ananas .

Heu M’man je voudrais pas te vexer mais c’est pas des ananas ça c’est des haricots verts.

Décidement Claudine avait raison  la vie est vraiment cruelle …

Entre nous quelqu’un sait si c’est bon la tarte aux haricots ?

Publié dans : Katouya Oups ! | le 18 mars, 2007 |10 Commentaires »

C’est tout vu !

Bien que sachant que je suis aveugle les gens ne cessent de me dire

 » Tu vois qui c’est »  mais oui « Tu vois ce que je veux dire » Tu vois blabla ….

Eh bien non ! Rien de rien! Non, je ne vois vraiment rien, Ni le mal qu’on m’a fait ni… Oups désolé il y a plagiat. Mes excuses Mme Piaf…

Donc je vous le disais à l’instant je ne vois absolument rien et ce genre de phrase me mets parfois en boule.

L’autre jour comme d’hab. Ma meilleure amie me disait encore « tu vois vraiment pas qui c’est »

J’ai répondu cette phrase spécialement conconctée pour l’occasion (qui je vous rassure n’est pas de moi ) 

« Non,  je vois pas mais attends je vais remettre mes lunettes pour écouter comme le soleil sent bon cette nuit ! »

Surprise elle a murmuré une vague réponse du genre « T’pètes un plomb ou quoi ? »

Et bien oui j’ai pété un plomb il y a environ quatre ans et depuis j’attend que la lumière revienne.

Le problème c’est la petite voix intérieure qui me crie  »Si tu vois le bout du tunnel, ne viens pas vers la lumière… »

Curieux dilemme n’est-ce pas ?

Publié dans : Katouya Oups ! | le 8 mars, 2007 |9 Commentaires »

la cécité corticale

Quelques mots de l’auteur… 

Aveugle corticale depuis 4 ans je recherche des informations susceptible de m’aider  à comprendre et gérer mon handicap. 

J’espère que ce petit article attirera votre attention et que vous me contacterez pour me faire part de vos commentaires

  »T’as d’beaux yeux, tu sais ! » Cette phrase célèbre souligne   toute l’importance du regard, dans notre société, ou la technologie nous donne accès à des images de plus en plus sophistiquées. 

Voir un objet, c’est pouvoir l’identifier en accédant à un stock de connaissances acquises sur cet objet à partir d’une information visuelle élémentaire fournie par la rétine. 

Des beaux yeux peuvent cependant cacher une maladie encore mal comprise. 

La cécité corticale 

La définition de la cécité 

Le terme cécité vient du mot latin «caecus», qui veut dire aveugle. La cécité est donc «l´état d´une personne aveugle». L´aveugle, au sens strict, est celui qui est privé de ses yeux (ab oculis), celui qui est privé de la vue. 

Les caractéristiques de la cécité corticale 

La déficience visuelle d’origine corticale désigne l’absence ou l’altération des réponses visuelles alors que l’évaluation des réflexes pupillaires et des structures oculaires ne révèle aucune anomalie significative. Une cécité complète et un examen ophtalmologique normal sont caractéristiques de la cécité corticale. 

Le comportement   

Les personnes atteintes de cécité corticale ont un comportement d’aveugle avec une errance du regard et une  absence de contact visuel.  Cette condition s’explique par l’impossibilité du cerveau à décoder adéquatement les informations visuelles et déclencher les réponses appropriées. 

L’expression qui marque la mémoire  

L’aveugle aux réflexes photo-moteurs normaux, c’est l’aveugle cortical 

Les préjugés concernant la vue 

On a longtemps cru que seuls les yeux étaient les organes de la vision. Cependant, les recherches menées dès le début du XXe siècle ont précisé les mécanismes de la vision et démontré l’importance du cerveau dans l’analyse et la reconnaissance des images captées par l’œil. 

Parmi tous les sens, le sens de la vue possède une caractéristique qui peut certainement expliquer en partie la fréquence relative de la déficience visuelle d’origine corticale. L’information étant captée à la partie la plus antérieure du cerveau et traitée à sa  partie la plus postérieure (où se situe le cortex visuel), il est fort probable qu’une lésion survienne à un ou plusieurs endroits sur le long parcours des voies optiques. 

La cause La cécité corticale est due à un dommage sévère des voies visuelles cérébrales (le plus souvent du cortex occipital) entraînant une perte complète de la vision normale. 

Les principales causes de lésions cérébrales sont par ordre d’importance : 

Asphyxie (arrêt ou diminution de l’apport d’oxygène au cerveau) Anomalie de développement du cerveau; Traumatisme crânien (hémorragies); Hydrocéphalie; Infections du système nerveux central (méningite ou encéphalite). 

Le  diagnostic 

C’est un cas difficile à poser qui doit considérer l’ensemble des éléments du comportement, de l’examen clinique et des examens complémentaires de la fonction cérébrale. 

Il est souvent associé à des désordres neurologiques, telles les paralysies cérébrales. 

L’étendue des lésions cérébrales variant beaucoup, chacun présente donc des habiletés et des besoins qui lui sont propres. Les recherches ont tout de même réussi à identifier un certain nombre de caractéristiques et comportements visuels généralement rencontrés. 

Les Caractéristiques  

La vision semble très variable, changeant de jour en jour parfois même de minute en minute. C’est la caractéristique la plus souvent observée, mais en même temps la moins bien comprise. 

L’intolérance à la lumière (photophobie) se retrouve chez 33 % des cas. 

Pour la personne atteinte de cécité corticale, il est difficile, voire impossible, de concevoir la notion d’espace. La coordination œil-main, l’évaluation des formes et des distances, l’orientation, la détection des objets sont par conséquent affectées. La vision demeure fluctuante, elle est continuellement variable ou quasiment absente. 

Comportement souvent observé chez l’aveugle corticale 

Bien qu’adoptant spontanément les attitudes de l’aveugle la personne ne ressent pas vraiment qu’elle ne voit pas. Elle est parfois confrontée à des hallucinations visuelles qui la déstabilisent son comportement peut en être affecté. 

Un arrêt brusque alors que rien n’indique un danger, des mouvements désordonnés sont autant de signes qu’elle est sous l’influence d’hallucinations visuelles. 

Les illusions d’optique et le cerveau 

Elles sont dues à des interprétations par le cerveau, des images obtenues par l’œil.  Certaines sont dues aux relations existant entre les divers éléments du champ de perception. D’autres, aux acquis ou aux anticipations de l’individu. 

Ce txete est là puor mnotrer que norte cervaeu ne tardiut pas excatenmt ce que viot norte oiel. Mias que infulencé par son aqucis, il reocnniat globaelmnet les mnots, sans se perocucper de l’odrre des letters. Les permèire et dernèire letetrs lui sufifsnet. Si l’oiel viot une sucssessoin de letrtes, le crevaeu prned le mot cmome un tuot et le comprae à un mot qu’il conanît

L’information reçue par l’œil est déjà transformée au niveau de la rétine (corps ganglionnaires) et lors de chaque étape de la transmission au cerveau. 

L’image est complètement morcelée. Ainsi sont transmises par des voies différentes, à différentes zones du cerveau, d’abord des informations concernant le mouvement, puis celles concernant les formes et enfin celles pour les couleurs. 

Comment nous parvient l’information visuelle 

Nous voyons, en fait, avec notre cerveau. 

C’est l’œil qui reçoit l’information venant de l’extérieur (photons qui excitent les terminaisons des cônes et des bâtonnets). Mais l’information est transmise au cerveau qui l’interprète ensuite à partir des acquis et du vécu passé et récent et de l’environnement culturel 

Le rôle du cerveau est primordial dans la vision. 

Comment se construit une image 

Nous voyons les images à l’envers le haut en bas et le bas en haut comme dans le cas d’un appareil photographique, l’image obtenue est donc renversée par rapport à l’objet que nous voyons. C’est le cerveau qui interprète les images reçues par la rétine et transmises par le nerf optique et qui nous rend un monde extérieur à « l’endroit ». 

image1.gif 

Dans le cas d’un appareil photographique, la mise au point n’est pas la même pour un sujet proche ou un sujet éloigné. 

Pour l’œil, il en est de même, mais la mise au point se fait automatiquement par la déformation du cristallin (sa distance focale est alors modifiée). 

Pixels (influence corticale) Ce qui se produit dans le cortex cérébral 

En ce qui concerne la classification visuelle biologique, des expériences récentes ont permis de mettre en lumière le fait que le cortex visuel humain pouvait discriminer des objets de son environnement en 100 ms, c’est à dire avant même de les avoir réellement analysés, ce qui n’est compatible qu’avec une architecture très spécifique proche du pixel 

Le pixel ou point est l’unité de base d’une image numérique. Son nom provient de l’expression anglaise Picture élément, c’est-à-dire, « élément d’image » ou « point élémentaire ». 

Le processus de la vision est réalisé à partir du cerveau plutôt que par l’œil lui-même. La fonction de l’œil est de transformer la lumière en une suite d’impulsions nerveuses qui sont transmises au cerveau 

L’image dans la vision naturelle L’image rétinienne c’est, d’abord, un amas de points lumineux sur les cellules tapissant l’intérieur de l’œil. 

La rétine prête son corps pour matérialiser une image physique, comme le ferait n’importe quel écran.

Publié dans : Divers | le 1 mars, 2007 |7 Commentaires »
1...45678

chez-danielle |
petit chat |
Le blog des Anticon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mon 1er blog
| hanibal ma life mes potes
| Nono-Caricare